article du Journal du bois
Le journal du bois N° 97
marcel Coronel en pleine création article du Journal du bois
Le journal du bois N° 97

    Ici un lien vers le site Caradisiac qui consacre une page à mon travail

Cliquez sur les images des articles. Ces documents en " pdf''  sont peut-être un peu long à charger.
 veuillez patienter quelques instants - Merci 

 

Mon parcours de sculpteur

Pourquoi toutes ces années les gouges en main ?

Mon parcours universitaire technique à Paris est complété par des études de modeleur sur bois puis un brevet de technicien de fonderie.

Après avoir travaillé  dans l’industrie, je quitte cette profession, car l’apparition et l’utilisation dans les années 60-70 des plastiques et du polystyrène pour la confection des modèles font perdre tout intérêt à ce métier. Dès lors, j'occupe différents emplois, mais l’attirance pour les arts graphiques reste présente et chaque fois que je le peux, je dessine. Je suis des cours du soir de sculpture, de modelage et de dessin à l’École des beaux-arts de la place des Vosges, à Paris.  

A partir des années 1980, je décide de me consacrer exclusivement à la sculpture sur BOIS, depuis cette date, ma passion est devenue à plein temps, ma profession, mon métier ...

 A cette époque c'était la mode de la représentation hyperréaliste de l’objet : Vêtements (pantalons, vestes,…), objets du quotidien (sacoches, chaussures, livres,…), dont l’aspect était plus vrai que nature ! Je travaille dans cette direction, avec ma propre sensibilité : d’une manière plus figurative qu’hyperréaliste (voir ci-dessous).  

 

article d'AutoPlus
cliquer pour agrandir

livre en bois sculpté sculpture de saccoche sculpture de moto en bois cartable en bois sculpté
appareil photo sculpté en bois sculpture d'un livre en bois avec des jambes sculpture d'un porte-documents canette de boisson en bois sculpté

 

En suivant ce lien vous aurez un aperçu plus complet de mon travail de sculpture sur l'objet (cliquez sur le logo).    
 

Peu à peu, je privilégie la sculpture de voitures, surtout celles des années 1930 qui m’inspirent par les volumes généreux des carrosseries. Mais très vite la voiture passe du statut d’objet à celui de concept, elle devient le  prétexte à la création de formes nées de mon imaginaire.

La matière reste prépondérante : le travail de la forme est intimement lié au respect de la texture et des tons naturels du BOIS. Parcourant la France, j’ai eu la chance de trouver une scierie dans le Lot qui possède des plateaux d'un noyer des Causses aux veines et imperfections spécifiques et artistiques. Mon travail de création réside dans la découpe du bloc brut, entre cœur et aubier, entre nœuds et fil étiré.

Je suis désormais en constante recherche pour utiliser les veines et les tons si caractéristiques de ce NOYER et les mettre en valeur dans le choix du volume des courbes d'une aile ou d'un capot.

A chaque sculpture de voitures que je crée, ce n’est plus une voiture qui m’apparaît, mais un modelé toujours renouvelé, et si l’on arrive à ne voir que ces formes et ces courbes alors on entre dans mon univers.

Aller au-delà de ce que l’on connaît pour apprécier ce que l’on voit…
comme disait le peintre Magritte en désignant une pipe dans ses toiles :
" ceci n’est pas une pipe "

Cependant il n’est pas aisé, lorsque l’objet est trop connu, de s’en détacher et de se laisser aller à ne voir que son enveloppe ! 

Mais voilà, une obstination intérieure m’anime à rester sur le "support" de la voiture et lorsque j’aurai l’impression d’avoir épuisé tout ce que l’on peut obtenir de ce travail, les gouges et les ciseaux prendront probablement une autre orientation. 

Toujours à la recherche d’un modelé, d’un équilibre ou au contraire d’une dissymétrie, fruits des fibres du noyer et des outils, la passion me fait chaque fois entreprendre une nouvelle «voiture objet », en quête d'un aboutissement esthétique et tactile.

Le bonheur du sculpteur

Au-delà de la joie de la création artistique, mon bonheur est dans le plaisir de l’acquéreur qui trouve, au fond de l’atelier, ou lors d’une exposition, une forme spécifique : Sa forme, Sa voiture, inconsciemment et involontairement réalisée pour lui. Les habitués aiment à fureter non loin de l’établi, à tourner et retourner la pièce qui a retenu leur premier regard, pour se l’approprier et imaginer un emplacement idéal. Certains profitent même d’une conversation dans l’odeur des copeaux pour découvrir d’autres trésors.     

Pour indication le prix de ces  "Voitures Sculptures" se situe dans une fourchette de 100 à 400 Euros

Un peu d'humour pour terminer (diaporama au format pps)

Marcel Coronel

                                           

 

                                                         Haut de page



© 2000-2016 -  Les oeuvres reproduites sont la propriété de l'artiste. Elles ne peuvent être utilisées sans autorisation écrite de leur auteur


Pour toute question ou problème concernant ce site,  contactez  
Marcel Coronel 
Hébergeur du site : Agence des Médias Numérique - AMEN -

12-14 Rond Point des Champs Elysées- 75008 Paris - tél : 0892 55 66 77

Dernière modification : 13/06/2017